Le groupe UDI souhaite plus de démocratie au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine
septembre 18, 2017
Intervention de Jean Dionis du Séjour sur la proposition de modification du règlement intérieur de la Région
octobre 23, 2017

Commission Permanente du 9 octobre 2017

Le mois d’octobre a marqué la rentrée de l’assemblée régionale avec une commission permanente qui s’est tenue le lundi 9 octobre.

Le groupe UDI a soutenu majoritairement les délibérations de la dernière commission permanente pour laquelle 394 dossiers ont été débattus pour un montant total de presque 625 millions d’euros.

Néanmoins, le groupe UDI a souhaité alerter l’exécutif sur trois points qui lui ont paru importants. Premièrement sur les aides accordées au clubs professionnels de rugby. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que le groupe UDI alerte Alain Rousset à ce sujet. 310 000€ accordés à Brive, 210 000€ à la Rochelle, ce n’est pas équitable. L’harmonisation doit se faire le plus rapidement possible et ne peut pas attendre 2020. Cela serait une erreur que de faire durer cette harmonisation et une gifle portée à certains territoires. Le rugby est un ciment symbolique de notre nouvelle grande région et nous permet de faire émerger cette citoyenneté régionale qui nous manque aujourd’hui tant. La région Nouvelle-Aquitaine est la région du rugby en France.

Le groupe UDI s’est ensuite abstenu sur le dossier  de la ligne Pau-Canfranc. Si nous avons décidé de nous abstenir, c’est notamment parce que la participation de l’Europe dans ce dossier change la donne car elle y apporte des garanties qui étaient absentes jusqu’alors. Pour autant, nous estimons qu’il ne faut pas balayer d’un revers de la main la question du coût financier et de la rentabilité de ce projet.

Enfin, nous avons alerté l’exécutif sur sa vision erronée de la politique de la ville qui reste uniquement centrée sur le volet développement économique alors que la politique de la ville reste une politique multi-sectorielle. Les volets d’aménagement du territoire, du logement, des quartiers sont alors oubliés. Le groupe UDI estime que cette vision n’est pas cohérente avec les réalités du terrain.